lundi 17 janvier 2011

Dossier "Je suis une légende".

Hi !
Aujourd'hui, le blog inaugure une nouvelle section : "Dossier". Celle-ci sera donc faite d'articles plus "complets", portants sur des livres, films, expositions, pièces de théâtre etc... Mais dans lesquels je compilerai plus d'informations que dans les articles seulement "critiques".
Voilà, j'espère que vous trouverez votre bonheur ici ^^
...
Le premier "dossier" de cette rubrique portera donc sur "Je suis une légende"... Je suppose que, pour beaucoup d'entre vous, ce titre évoque le film dans lequel joue Will Smith. Mais savez-vous que cette histoire nous vient, tout d'abord, d'un livre... Puis, ensuite, de deux autres adaptations cinématographiques, avant d'en arriver au film de 2007 auquel nous pensons tous??
Non?
Alors suivez-moi, nous allons en apprendre plus sur cette histoire, qui n'est peut-être pas si "futuriste" que cela !

Quelques unes des couvertures USA du livre.


L'auteur : auteur et scénariste américain né en 1926.
Ses romans :
(source Wikipedia) 

Je ne vous parlerai pas, aujourd'hui, des autres œuvres de l'auteur, puisque je ne les ai pas encore lues... (ce qui ne saurait tarder... "Le Jeune Homme, la Mort et le Temps" me dirait bien, d'ailleurs.)
Non, parlons plutôt de son deuxième roman...

Quelques unes des couvertures du livre, en France.


Je suis une légende : Le Livre. "Chaque jour, il doit organiser son existence solitaire dans une cité à l'abandon, vidée de ses habitants par une étrange épidémie. Un virus incurable qui contraint les hommes à se nourrir de sang et les oblige à fuir les rayons du soleil...
Chaque nuit, les vampires le traquent jusqu'aux portes de sa demeure, frêle refuge contre une horde aux visages familiers de ses anciens voisins ou de sa propre femme.
Chaque nuit est un cauchemar pour le dernier homme, l'ultime survivant d'une espèce désormais légendaire."
(quatrième de couverture folio SF)
L'histoire du dernier homme qu'a imaginé Richard Matheson prend pied en 1976, au milieu d'une ville (Los Angeles) vide de toutes populations...
Dès les premières lignes, nous accrochons à cette écriture vive, qui sert la mise en place d'un monde et d'un homme, seul...
Les phrases sont courtes, percutantes.
Et le personnage est réaliste... Il pourrait être nous... On pourrait être lui... Ou presque.
Lorsque l'on tourne les premières pages de "Je suis une légende", nous avons comme l'impression de lire un récit autobiographique retraçant l'histoire, réelle, de cet homme...
Nous suivons ses pensées... Parfois empruntes de folie.
Sommes-nous, ici, dans une véritable roman SF ? Je n'en suis pas si certaine...
Ce qui est sûre, c'est qu'en prenant notre monde comme base de cette histoire, Richard Matheson crée un livre touchant et atemporel...
Il devient difficile, au fur et à mesure que nous tournons les pages, de lâcher ce livre.
Nous voyons et sentons les graines de folie qui germent, tranquillement, dans l'esprit de notre homme... Les monologues intérieurs rythment le roman et rendent notre "héros" d'autant plus touchant.
Oui, comment ne pas devenir fou lorsque l'on ne parle plus, lorsque l'on n'échange plus, lorsque l'on ne touche plus l'Autre... L'essence même de l'être humain est ici annihilé...
Alors on se demande même pourquoi Robert ne s'est pas encore tué, pourquoi n'a t-il pas encore arrêté cette existence? Et lui aussi se le demande...
Souvent...
Le sujet, aussi dramatique soit-il, n'est ici traité avec aucun pathos. Aucun larmoiement inutile...
Non, l'écriture est brute, Richard Matheson n'enrobe pas.
Alors au bout de quelques heures de lecture, et après avoir suivi cet homme pendant 3 ans, la fin nous éclate à la figure, nous laisse pantois, nous désarme...
Peut-être sommes-nous trop habitués aux Happy-Ends...
...
Seul bémol, si il en est un : la longueur du livre... Trop court.
Quelques pages supplémentaires n'auraient-elles pas été utiles pour nous donner le temps de saisir cette solitude, ce temps qui passe, ce silence, cette absence, cet espoir... Pour nous en imprégner un peu plus?
Et, en même temps, ces pages n'auraient-elles pas cassé ce rythme si pressant. Celui-là même qui nous fait tourner les pages, encore et encore...
...
Ma Note pour Je suis une légende : 4/5


Les adaptations cinématographiques : Elles sont au nombre de trois.

L'ultimo uomo della Terra (Italie) ou, encore,  The Last Man on Earth (USA) est un film italo-américain co-réalisé par Ubaldo Ragona et Sidney Salkow, sorti en 1964.

Affiches de la première adaptation du livre de Richard Matheson.

 Je n'ai pas encore pu voir cette adaptation (si quelqu'un sait où je peux la trouver, ça serait fort sympathique de me donner le secret^^). Cependant, en lisant son résumé ainsi que différents commentaires, sur la toile, (cf, par exemple, fiche allociné du film ), j'ai pu comprendre que cette adaptation était fidèle au livre. (dans la mesure du possible, bien-sûr !) L'aspect "vampirique" des "créatures", dans le livre, semble avoir été pris en compte, ici, puisque l'on compare le film à "La Nuit des Morts-Vivants" de Sidney Salkow...
Je complèterai la fiche de ce film une fois que je l'aurais vu !

 Le Survivant (titre VO : the oméga man ) :réalisé par Boris Sagal en 1971.

Affiches ou visuels dvd du film Le Survivant.
 J'ai pu visionner cette adaptation, et celle-ci n'est que très peu fidèle au livre de Richard Matheson...
En effet, on y voit, tout d'abord, beaucoup trop de personnages !! Au cours du livre, nous ne voyons que quelques personnages (2 ou 3 grand maximum...), et ce n'est pas le cas ici.
Les raisons de l'immunité de Robert Neville, le personnage principal, ne sont pas reprises ; les "créatures" infectées, elles, sont ici dotées de conscience, de paroles, d'intelligence... Ce qui n'est pas complétement le cas dans le livre de Richard Matheson. Enfin, après le premier quart du film, l'histoire elle-même part dans une toute autre direction... (avec une sorte de secte que l'on appelle la "Famille", et qui veut détruire toutes sciences et technologies...)
Bref, un film du genre série B et qui ne reprend que très peu des points intéressants de "Je suis une légende"... Quel dommage !
Je ne suis pas sortie de ce visionnage totalement déçue puisque j'y ai retrouvé des éléments, voire même des plans, presque entièrement repris dans l'adaptation de Francis Lawrence, en 2007. Nous pourrons citer, pour exemple, les plans aériens de la ville morte ouvrants le film ; la voiture de Robert Neville fonçant à toute allure dans ces rues désertes, mais aussi les dialogues avec les mannequins de vitrine ou les statues... (permettant de remplacer les monologues intérieurs du livre.).
Mais au final, j'ai trouvé ce film presque comique... Nous retrouvons aucunement d'ambiances pesantes, angoissantes, ou tristes...
Et les vampires sont...hum... comment dire... déguisés avec les moyens de l'époque...
Si vous devez voir ce film, ce sera pour cet aspect "rigolo"...et pas pour autre chose !!


Je suis une légende (titre VO : I am Legend ) : est la dernière adaptation du livre de Richard Matheson. Le film de Francis Lawrence est sorti en salles en 2007 et a fait explosé le box-office ! (584 millions de dollars au Box Office mondial) (source Wikipedia).


Affiches et visuels dvd du film sorti en 2007 : Je suis une Légende.

Comme je le disais précédemment, les plans de départ de ce film (plans aériens, puis zooms progressifs sur la voiture de Robert Neville fonçant à toute vitesse dans les rues de la ville ) sont largement repris de l'adaptation précédente : Le Survivant.
Mais, heureusement, les comparaisons s'arrêtent là.
Ce film reste à peu près fidèle au livre dans sa trame générale (mise à part pour la fin... Nous y reviendrons plus tard.).
Nous retrouvons le personnage de Robert Neville, interprété ici par Will Smith, seul survivant d'une bactérie transformant les êtres humains en créatures nocturnes agressives et assoiffées de sang.
Dans le livre de Richard Matheson, ces créatures ont toutes les caractéristiques du vampire ; ce n'est pas le cas ici. Nul besoin de pieux en bois pour les abattre, une arme à feu suffit... (garder un  ou deux chargeurs avec soi peut tout de même servir !)...
Il fallait également trouver un moyen de retranscrire les moults monologues intérieurs du livre, dans ce film.
L'option d'une voix off aurait peut-être été trop répétitive, pendant 1h40 ; Francis Lawrence a donc préféré, à cette option, celle du chien, présent ici comme LE compagnon, totalement humanisé, de notre héros.


 Alors oui, la trame est semblable à celle du livre, dans ses grandes lignes, mais l'ambiance, elle, diffère totalement :
- Dans le livre, le personnage oscille vraiment, tout au long des pages, entre folie et raison ; entre alcoolisme et sobriété, entre espoir inconscient et profond désespoir. Et c'est d'ailleurs ce qui fait l'intérêt du récit...
Comment ne pas être fou face à cette profonde "absence" d'humanité??
Face à cela, j'ai trouvé Will Smith trop "clean"... Pas assez marqué. Encore empli d'espoir ; alors que c'est ce qui, à partir d'un certain stade du livre, manque cruellement à Robert Neville...
C'est cette mi-folie qui donne l'ambiance oppressante du livre et que l'on a du mal a retrouver dans le film...
-Enfin, pas de côté larmoyant dans le livre. Les phrases sont brutes, les situations sont difficiles, le personnage tombe bas...
On est en colère, on est tristes, on comprend... Le livre peut faire pleurer, mais ce n'est pas son but.
Alors qu'au contraire, le film pousse, parfois, les larmes...
Et je n'ai pas aimé cela...
Et il m'a semblé que l'histoire n'en avait nullement besoin.
Elle se suffisait à elle-même !
...
Parlons à présent de la fin. (Ne vous inquiétez pas : aucun spoilers, comme d'habitude ici.)
Dans le livre, la fin semble être là pour nous faire réfléchir sur la condition humaine, sur son passage à la légende et c'est là que le titre du livre prend tout son sens...
La fin du livre n'est pas forcément belle, mais ne nous semble pas injuste non plus... Elle reste ouverte à une réflexion... A une acceptation peut-être, également.
Dans le film de Francis Lawrence, la fin est emprunte de religiosité... Sur un signe de Dieu, le personnage se sacrifie, finalement, pour le bien de tous, pour la cause de l'Homme... Nous retrouvons alors, ici, la thématique si chère à Hollywood, du super-héros, sauveur de l'humanité.
Et quel dommage !!
Nous voudrions une autre fin à ce film plutôt bon...
Et hop : Vœu exaucé avec la sortie du DVD de Je suis une légende. Une fin alternative y est présente dans les bonus... Cette dernière me convient davantage mais ne rend pas, encore une fois, justice à celle du livre. Si vous n'avez pas encore eu l'occasion de voir cette "Alternative Ending", la voici : 


 Certes, le film ne suit pas les pistes finales du livre de Richard Matheson, mais cela ne m'a pas empêché de l'apprécier. J'ai trouvé Will Smith à la hauteur du rôle et, malgré le manque de folie du personnage que j'ai abordé plus haut, l'acteur arrive à faire transparaître sa peur de ces créatures, son besoin de "normalité " (sorties au vidéo-club etc.), et une tristesse latente...
Certains plans du Manhattan "vide" sont à couper le souffle, certains scènes en shaking-cam (caméra à l'épaule) rendent les chasses et combats assez impressionnants, voire angoissants...
Bref, un film qu'il est agréable de voir, et de revoir.
Mais loin, tout de même, d'être une perle...

Ma Note pour le film "Je suis une légende" : 3/5

Voilà, j'espère que vous aurez apprécié ce premier dossier !! Et si vous avez des éléments à ajouter à tout cela, n'hésitez pas !!

Rose

11 commentaires:

  1. Je préfère la fin alternative ! Bien sûr, pas seulement parce que j'aime les happy end mais également parce que, comme tu le dis, l'autre fin fait trop hollywoodienne. En tout cas, c'est un très bon dossier.

    RépondreSupprimer
  2. Je la préfère aussi... Elle semble plus travaillée. Moins "déjà vu" !
    Merci d'être passée par là, Avalon ;)

    RépondreSupprimer
  3. Angie

    Je n'ai jamais cherché à voir la fin alternative. Va savoir pourquoi? La flemme peut être. J'ai gâché tout le film à ma moitié car grande trouillarde, j'étais en stress et refusais de regarder l'écran dans les scènes angoissantes (genre quand Samantha - c'est bien le nom du chien? - rentre dans l'immeuble obscure pendant la chasse au gnou ou autre animal du genre et qu'il la suit pour se retrouver face aux monstres). Je n'arrêtais pas de me dire qu'à sa place, chien ou pas, j'aurais craqué et me serais tiré une balle. Trop trouillarde et trop flippant aussi!
    Bref, entre celui la et 7 vies (il a eu une larme à la fin MDR!), Monsieur n'aime plus regarder un Will Smith parce qu'il a l'impression qu'il meurt tout le temps. LOL!

    RépondreSupprimer
  4. Ha tiens, c'est rigolo que tu n'aies pas envie de voir la fin alternative !! Tu as aimé la fin "normale"??
    Et, comme je te comprend, en grande trouillarde que je suis, je me cache la tête dans l'épaule que je trouve près de moi (le plus souvent, mon homme, mais ça peut être n'importe quoi^^lol !) Ensuite, je garde les yeux cachés, et je ne regarde que de temps en temps le film devant moi!!
    Rhoo et 7 vies, il faut que je le vois absolument!
    Dis à Monsieur de regarder les "Prince de Bel Air", Will Smith ne meurt dans aucun épisode^^
    ...
    Bisou !

    RépondreSupprimer
  5. Angie

    MDR!Très bon conseil!
    J'ai finalement regardé, et bien que j'apprécie le côté humain des "monstres" capables d'éprouver de l'amour, ça fait trop.
    Ce que j'ai aimé en fait dans ce film c'est justement la fin car il meurt d'où ce sentiment dérangeant, ce gâchis, cette fatalité. C'est plus true to life parce que l'issue ne peut pas toujours être heureuse, et qu'il faut parfois le rappeler.

    RépondreSupprimer
  6. Bravo pour ce dossier très complet !
    Une riche idée que tu as eu
    Bonne lecture !

    RépondreSupprimer
  7. @Angie : et bien en fait, aucune des deux fins ne me convient, à moi... La première est vraiment trop "super-héros" à mon goût malgré que je sois d'accord avec toi sur l'idée du gâchis... (à ce propos la fin du livre va vraiment dans ce sens-là, d'ailleurs, mais sans ce côté super-héros!!).
    L'autre fin est assez poétique, le côté "les monstres peuvent aimer, et ne veulent pas être guerris" c'est en cela que je l'aime bien... Mais trop happy-end aussi...
    Bref, je garde en mémoire la fin du livre ;) Que je te conseille, d'ailleurs !

    @Lefso : Merci beaucoup !! Contente que tu sois passée par là et que l'idée t'ai plu ;)
    Très bonne lecture à toi aussi !!

    RépondreSupprimer
  8. Ouha ! tout ça ! bravo piur le dossier et le travail qui va avec ! j'admire car j'ai appris plein de chose ! ^^ Merci
    @ bientôt !

    RépondreSupprimer
  9. Ravie que tu ais aimé et trouvé des infos : le but est là ;)
    Et c'est agréable de vous voir ici, tous (c'est qu'elle ça prend du temps, cette rubrique^^ Alors il est toujours trèèèèss sympa de votre part de me lire... Même lorsque c'est un peu long!)
    A très vite miss !
    Bises !

    RépondreSupprimer
  10. Je me permets un petit lien vers le billet que j'avais fait à l'époque http://blog.passion-tarn-et-garonne.info/index.php/post/2007/12/24/objectifs-seance-cinema-je-suis-une-legende la partie intéressante et dans le bas du billet il faut sauter une partie blanche c'était volontaire pour ceux qui n'avaient pas lu ou vu le film.

    Pour ceux qui auront la flemme d'aller lire là-bas j'expose une toute petite théorie que la femme ferait partie de l'espèce de communauté qu'elle rejoins à la fin et d'autres petites choses. J'aurais pu faire aussi un copier coller de mon billet, mais cela aurait été un peu long.

    N'empêche que ce fut un bon moment de distraction tant le livre que le film.

    RépondreSupprimer
  11. Je viens d'aller lire ton billet.
    (je t'ai laissé un petit com te disant que j'étais complétement d'accord avec ton point de vue.)
    Tu as vu la fin alternative? Tu en penses quoi?
    Bon, de toute façon, la meilleure version de cette histoire est celle du livre : la véritable !

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...